35 kilos d’espoir – Anna Gavalda

Publié le par Mona



35 kilos d'espoir - Anna Gavalda

 


Grégoire est un adolescent de 13 ans qui a toujours détesté l’école plus que tout, et ce dès la maternelle. Tout ce qu’il aime, c’est fabriquer des choses de ses mains, réparer, améliorer des machines et autres engins. Mais les mathématiques, le français, ça le barbe, il n’en voit pas l’intérêt. Pourtant l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, alors il n’a pas le choix, il doit être scolarisé. Cela est de plus en plus difficile car il vient de se faire renvoyer de son collège, au grand désespoir de ses parents, qui ne trouvent pas un seul établissement scolaire prêt à prendre leur enfant. Il faut dire que Grégoire s’est déjà fait renvoyer plusieurs fois. Il se réfugie chez son grand-père, le seul qui le comprend, qui l’emmène bricoler dans son « cagibi ». Mais là son grand-père est vraiment en colère et ne lui parle pas. Comment Grégoire va-t-il s’en sortir ?


J’ai trouvé ce petit livre très instructif. A travers les yeux d’un adolescent, nous arrivons à nous poser des questions sur nous-mêmes et sur le sens de la vie en général. Ce petit livre se lit très vite, mais il laisse une trace, un peu d’« espoir ».

A mettre entre toutes les mains à partir de 12-13 ans, y compris les adultes !



Extraits: 

 

"L’école, c’est toujours le drame à la maison, vous pouvez imaginer…Ma mère pleure et mon père m’engueule, ou alors c’est le contraire, c’est ma mère qui m’engueule et mon père qui ne dit rien. Moi, ça me rend malheureux de les voir comme ça, mais qu’est-ce que je peux faire ? Qu’est-ce que je peux leur dire dans ces cas-là ? Rien. Je ne peux rien dire parce que si j’ouvre la bouche, c’est pire que tout. Eux, ils ne trouvent qu’une chose à répéter comme des perroquets : « Travaille ! »

« Travaille ! » « Travaille ! » « Travaille ! » « Travaille ! »

  D’accord, j’ai compris. Je ne suis pas complètement crétin, quand même. Je voudrais bien travailler ; mais l’ennui, c’est que je n’y arrive pas. Tout ce qui se passe à l’école, c’est comme si c’était du chinois pour moi. Ça rentre par une oreille et ressort par l’autre. On m’a emmené voir des milliards de docteurs, pour les yeux, pour les oreilles et même pour le cerveau. Et la conclusion de tout ce temps perdu, c’est que j’ai un problème de concentration. Tu parles ! Moi je sais très bien ce que j’ai, il suffit de me le demander. Je n’ai pas de problème. Je n’en ai aucun. C’est juste que ça ne m’intéresse pas.

Ça ne m’intéresse pas. Point à la ligne."

 


"Quand il (ndlr : le grand-père de Grégoire) a appris pour la sixième, ce n’était plus le même son de cloche.

Je suis arrivé chez eux comme d’habitude, et il ne m’a pas répondu quand je l’ai salué. Nous avons mangé en silence et, après le café, il ne se décidait pas à sortir.

- Grand-Léon ?

- Quoi ?

- On va au cagibi ?

- Non.

- Pourquoi non ?

- Parce que ta mère m’a annoncé la mauvaise nouvelle…

- …

- Je ne te comprends pas ! Tu détestes l’école, et tu fais tout pour y rester le plus longtemps possible…

Je ne répondais rien.

- Mais tu n’es pas aussi abruti qu’on le dit, quand-même !...Si, tu l’es ?

- Oui.

- Oh que ça m’énerve, ça ! Bien sûr, c’est plus facile de se dire qu’on est nul et ne rien faire ! Bien sûr ! C’est une fatalité ! C’est si simple de penser qu’on est maudit ! Alors quoi ? Quels sont tes projets maintenant ? Tu vas redoubler la cinquième, et puis la quatrième et, avec un peu de chance, tu auras ton bac pour tes trente ans !

Je tripotais le coin d’un coussin sans oser lever les yeux.

- Non, vraiment, je ne te comprends pas. En tout cas, ne compte plus sur le vieux Léon. J’aime les gens qui prennent leur vie en main, moi ! Je n’aime pas les feignants qui se font plaindre, et puis qui sont renvoyés  pour indiscipline ! Ça n’a pas de sens ! Renvoyé d’abord, et redoublant ensuite ! Bravo ! Joli tableau. Je te félicite. Quand je pense que je t’ai défendu…Toujours ! Je disais à tes parents d’avoir confiance, je te trouvais des excuses, je t’encourageais ! Je vais te dire quelque chose, mon ami : c’est plus facile d’être malheureux qu’heureux, et moi, tu m’entends, je n’aime pas les gens qui choisissent la facilité, je n’aime pas les geignards ! Sois heureux, m**** ! Fais ce qu’il faut pour être heureux !"

 

                                                                            


…c’est pas une belle leçon, ça ?

 

 


 

35 kilos d’espoir / Anna Gavalda
Bayard Jeunesse, 110 pages, 2002.

ISBN : 2-7470-0660-3

Publié dans Littérature jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liza 10/02/2010 16:51


Je me souviens l'avoir lu il y a quelques années... :)


Mona 10/02/2010 23:10


Oui ça se lit très vite mais moi personnellement il m'a laissé une trace...