Au rebond – Jean-Philippe Blondel

Publié le par Mona

 

Au-rebond---J.P.-Blondel.jpg

 

Alex et Christian sont deux potes unis par la passion du basket-ball. Pourtant ils sont issus de milieux complètement différents : Christian vient d’un milieu aisé, et obtient tout ce qu’il veut de ses parents. Alex vit  chichement avec sa mère, dans un petit appartement dans un quartier populaire. Ils s’apprécient mais ne se connaissent pas très bien.


Puis viennent les vacances, et le retour au collège. Sauf pour Christian, qui reste inexplicablement absent. Il ne répond pas aux messages d’Alex. Celui-ci pense que Christian est encore parti en vacances à l’autre bout du monde, sur le temps scolaire, comme cela arrive régulièrement. Pourtant son entraîneur de basket-ball pense l’avoir aperçu dans un supermarché du coin. Qu’en est-il exactement ?


Intrigué, Alex décide d’aller rendre visite à son ami chez lui, pour la première fois, histoire de voir si tout va bien. Il trouve un Christian désemparé, en proie à une crise familiale qui bouleverse sa vie. Alex décide alors de venir au secours de son ami, avec l’aide de sa mère.


Ce petit roman jeunesse se lit d’une traite. Le récit est fluide, happant. C’est une ode à l’amitié, à l’entraide. Les personnages ont leurs fêlures, ce qui les rend attachants et crédibles. J’ai beaucoup aimé. A découvrir !


Extrait :


« D’abord, il y a le souffle. Le souffle et les battements du cœur dans les oreilles. Le bruit sourd et répétitif, la ligne basse d’un morceau de rock, un rythme lancinant. Et puis le souffle, oui. Juste le souffle. Détaché. Couvrant les autres sons. Couvrant le son mat de la balle qui rebondit sur le parquet. Même celui des baskets qui crissent au gré des déplacements des joueurs. Celui des appels mi-angoissés, mi-énervés de mes coéquipiers et de l’entraîneur, sur le banc, au bord du terrain. Je n’entends que mon souffle. Je ne ressens que la balle. Elle va et vient. Elle passe de ma main au sol, elle heurte le parquet et puis revient me caresser la paume. C’est un mouvement qui m’hypnotise. C’est un mouvement qui me berce. Je sens aussi les gouttes de sueur dans mon dos et sur mes tempes. Je déteste être en sueur. La seule exception, c’est ici, dans le gymnase, le mercredi et le samedi après-midi, lors des matchs de basket. Le souffle, le bruit de la balle, le cœur qui tambourine, je cherche des yeux mes partenaires. Je suis comme hors de moi. Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer. C’est comme si je me détachais de mon corps et que j’intégrais un autre espace. Je ne souffre pas de douleurs dans les jambes, ni de celles qui devraient me vriller les épaules après le choc de tout à l’heure. Je suis là, les deux pieds arrimés au sol et le corps pourtant presque aérien, je maîtrise la balle, le temps et l’espace, et les autres patientent, ils attendent de savoir qui sera choisi. »

(p.7-8)


Autre roman déjà lu du même auteur : Blog



Au rebond – Jean-Philippe Blondel

Actes Sud Junior, 2009, 100 p.

ISBN: 978-2742779697

Publié dans Littérature jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anis 01/01/2012 13:00

Je te souhaite une très bonne année 2012 pleine d'amour et de lectures.

Anis 17/12/2011 10:08

Cela fait plaisir Mona de te retrouver parmi nous !

bouma 13/09/2011 17:07


j'aime beaucoup ce texte de Blondel, un de mes préférés