The Brooklyn Follies - Paul Auster

Publié le par Mona


The Brooklyn Follies - Paul Auster

 

Nathan est un homme retraité en rémission d’un cancer des poumons. Il décide de passer se vieux jours à Brooklyn, New York, là où il a vécu les trois premières années de vie. La boucle est bouclée pense-t-il. Il veut être tranquille, et réfléchir à ce qu’à été sa vie. Il redécouvre les quartiers vivants de la ville, les sonorités de différentes langues, il s’instaure des habitudes comme celle de déjeuner dans le même restaurant où il flirte avec la serveuse. Mais il a aussi un projet : celui d’écrire « le livre de folie humaine », où il consigne les moments drôles, les gaffes et erreurs que lui ou des personnes de son entourage ont commises.

 

Il se contenterait très bien de ces petits rituels jusqu’à la fin de sa vie, jusqu’à ce qu’il rencontre par hasard Tom, son neveu dont il n’avait plus de nouvelles depuis des années. Il en avait gardé le souvenir d’un jeune homme brillant, étudiant en littérature destiné très certainement à devenir un éminent professeur d’université quelque part dans le pays. Mais il découvre un Tom empâté, qui a abandonné  ses études et par là-même ses projets, ses amis et tout ce qui avait un rapport avec cette ancienne vie. Depuis il subsiste comme chauffeur de taxi, et vit dans une mansarde minuscule.

 

Un troisième personnage entre en jeu : Harry,  homosexuel et haut en couleurs. Il est propriétaire d’une librairie de livres d’occasions, celle-là même où Tom et Nathan se sont retrouvés. Sous une apparence frivole il cache un passé trouble. Après beaucoup de tentatives, il parvient à engager Tom comme assistant et se fait un point d'honneur à lui redonner l'envie de profiter de la vie.

 

Ces personnages sont tous trois abîmés par la vie, même s’ils ne sont pas de la même génération. Nathan est divorcé, a coupé les ponts avec sa fille unique. Tom a perdu la trace de sa sœur, partie sur la route avec des musiciens mais aussi sa très jeune enfant. Et Harry tente de faire table rase de son passé.  Ils essaient tous d’améliorer leur quotidien : Tom en se trouvant un projet de vie, Nathan en essayant de réparer les erreurs qu’il a commises par le passé, Harry en se lançant dans une fraude douteuse.

 

Puis arrive Lucy, neuf ans, la nièce de Tom. Elle débarque seule et ne veut pas donner de nouvelles de sa mère. Son arrivée va chambouler les trois compères. Il s'ensuit une série d’évènements et de rencontres qui à priori n’ont rien à voir les uns avec les autres, mais qui finalement vont s’imbriquer les uns dans les autres pour aboutir au dénouement.

 

Ce roman est joyeux, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Chaque personnage, au lieu de se lamenter sur son sort, essaie de mettre un pied devant l’autre et d'avancer dans la vie, même si c’est difficile. Les personnages sont attachants, lucides sur leur propre sort. Et finalement on ressort de cette lecture avec le sourire aux lèvres. A recommander !

 

Extraits (en VO) :

 

"…when a person is lucky enough to live inside a story, to live inside an imaginary world, the pains of this world disappear. For as long as the story goes on, the reality no longer exists."


"When the meal was over and we climbed back into the car, the engine coughed forth one of the most peculiar noises in automotive history. I have sat there thinking about that noise for the past twenty minutes, but I still haven’t found the correct words to describe it, the one unforgettable phrase that would d it justice. “Roucous chortling”? “ Hiccupping pizzicato”? “A pandemonium of guffaws” ? I’m probably not up  to the task – or else language is too feeble an instrument to capture what I heard, which resembled something that might have come from the mouth of a choking goose or a drunken chimpanzee. Eventually, the guffaws modulated into a single, drawn-out note, a loud, tuba-like eructation that could have passed for a human burp. Not exactly the belch of a satisfied beer drinker, but a sound that recalled the slow, agonizing rumble of indigestion, a basso discharge of air seeping from the throat of a man afflicted with terminal heartburn. Tom cut the engine and tried again, but the second turn of the key produced no more that a faint groan. The third resulted in silence. The symphony had come to en end, and my poisoned Olds was in cardiac arrest.

“I think we’re out of gaz”, Tom said."

 

:)

 


  En VO:

The Brooklyn Follies - Paul Auster

Faber and Faber Limited, 304 pages, 2005.

ISBN: 978-0-571-22498-2


Broché en français:

Brooklyn Follies - Paul Auster

Traduction de Christine Le Boeuf

Actes Sud, 400 pages, 2005.

ISBN: 2-742-75648-5


Version poche:

Brooklyn Follies - Paul Auster

Traduction de Christine Le Boeuf

Lgf, Collection Le livre de poche, 376 pages, 2008.

ISBN: 2-253-311855-9

 

                        1/3

Challenge 100 ans de litterature americaineObjectif PAL

Commenter cet article

praline 04/04/2010 01:07


Une lecture sympathique même si je préfère ses premiers écrits.


Mona 04/04/2010 15:21



Bonjour Praline, et bienvenue ici ! C'est ma première lecture de cet auteur. Quel autre de ses romans est-ce que tu conseillerais ?