La mort du roi Tsongor – Laurent Gaudé

Publié le par Mona

 

La-mort-du-roi-Tsongor---Laurent-Gaude.jpg

 

Dans une sorte d’Antiquité imaginaire, mi-réelle mi-fantastique, que l’on imagine en Afrique, le roi Tsongor règne sans partage. Durant vingt ans il a étendu son royaume en déclarant la guerre et en écrasant tous ceux qui se postaient sur son passage. Tous sauf un : Katabolonga, le chef du clan des rampants, a accepté de suivre le roi et de devenir son serviteur et son veilleur. Il est devenu le dépositaire du tabouret d’or du roi qui sert de trône à celui-ci, et a un pouvoir supême : celui de décider du moment de la mort du roi. Depuis le roi Tsongor a pacifié so royaume, inspirant crainte et respect à ses sujets, tout en ayant cette épée de Damoclès au dessu de sa tête.


Aujourd’hui c’est jour de fête dans la capitale car le roi va donner sa fille Samilia en mariage au prince Kouame, afin de conforter la paix dans son royaume et de s'assurer une vieillesse tranquille. Mais un deuxième prétendant se présente, demandant la main de sa fille au souverain. Il s’agit de Sango Kerim, qui a grandi auprès de Samilia puis a fui à l’adolescence. Il revient pour honorer une promesse faite à Samilia durant leur enfance. Le roi, craignant que ce jour soit le dernier de sa vie, envoie son plus jeune fils parcourir son royaume afin de lui ériger sept tombeaux différents, à l'image de ses différentes facettes. Commence alors une longue quête initiatique des origines. Pendant ce temps, Kouame et Sango Kerim se sont déclaré la guerre, et les autres enfants du roi se querellent pour savoir qui d’entre eux héritera du royaume si le roi vient à mourir.


J’ai beaucoup aimé ce livre. Certains passages, notamment les scènes de guerre, sont très violents. Mais malgré tout on est happé par cette épopée, cette quête irréelle, onirique. Ce petit livre est un mélange de plusieurs genres : c’est à la fois une sorte de conte, une tragédie à la manière des tragédies grecques, et il comporte également une morale comme les Fables de la Fontaine.


D’une belle écriture, Laurent Gaudé nous fait une description de toutes les facettes de l’âme humaine, qui est toujours autant d’actualité aujourd’hui.


Ce livre a reçu le Prix Goncourt des Lycéens en 2002 et le Prix des Libraires en 2003.

 

Extrait :

(à propos de l’accord entre Katabolonga et le roi Tsongor) :

 

" «J’accepte, Tsongor. Je te servirai. Avec respect. Je serai ton ombre. Ton porteur. Le gardien de tes secrets. Je serai partant avec toi. Le plus humble des hommes. Puis je te tuerai. En souvenir de mon pays et de ce que as brûlé en moi. »

Depuis ce jour, Katabolonga devint le porteur du tabouret d’or du roi. Il le suivit partout. Les années passèrent. Tsongor abandonna sa vie de guerre. Il construisit des villes. Eleva ses enfants. Fit creuser des canaux. Administra ses terres. Son royaume prospéra. D’autres années passèrent. Il se voûta peu à peu. Ses cheveux blanchirent. Il règna sur un royaume immense qu’il arpentait sans cesse pour veiller sur les siens. Avec toujours Katabolonga à ses côtés. Katabolonga qui marchait derrière lui, comme l’ombre du remords. Il était le souvenir voûté de ses années de guerre. En l’entourant de sa présence, il lui rappelait sans cesse ses crimes et le deuil. Et jamais, ainsi, Tsongor ne pouvait oublier ce qu’il avait fait durant ces vingts années de jeunesse. La guerre était là, dans ce grand corps maigre, qui marchait à ses côtés. Sans rien dire. Et qui pouvait à tout moment lui trancher la gorge.

Les deux hommes vieillirent ensemble. Ils devinrent, au fil des ans,, l’un pour l’autre, comme deux frères. Le pacte d’autrefois semblait oublié. Ils étaient unis. D’une amitié profonde. Et silencieuse. "

 


La mort du roi Tsongor – Laurent Gaudé

Actes Sud, collection Babel, 205 pages, 2004.

ISBN: 2-7427-5298-6

Commenter cet article

SBM 23/10/2010 14:59


Je lis beaucoup de bien partout sur cet auteur, surtout en ce moment avec son dernier livre, mais je n'ai pas encore réussi à avoir envie de le lire...


Mona 26/10/2010 21:45



Oui il parait que son dernier opus est bien, je ne l'ai pas encore lu non plus. Un jour peut-être...



amanda 12/10/2010 19:02


je suis tout à fait d'accord, c'est un excellent roman :)


Mona 12/10/2010 23:34



Oui il a fait beaucoup d'adeptes !



La librivore 01/10/2010 19:04


Je n'ai pas encore lu celui-là, même si j'ai lu Eldorado et sous le soleil des Scorta que j'ai beaucoup aimés.


Mona 06/10/2010 16:38



Pour moi c'est l'inverse, c'est le seul roman que j'ai lu de cet auteur et ça donne envie de le découvrir encore plus.